Théâtre de l’Orangerie

Un programme estival vif- argent

signe la dernière saison de son directeur

Offrant au public une affiche riche et audacieuse, estampillée last shot, Valentin Rossier directeur du Théâtre de l’Orangerie a concocté une dernière saison 2017 époustouflante. Pas moins de quatre créations et autant d’accueils au succès confirmé, des spectacles variés, classiques ou contemporains, offrant en commun cette ambiance dense, ces moments forts dans l’intimité de personnages hors normes qui s’affrontent. Cinéma-théâtre, théâtre-dansé, spectacle pour jeunes, expositions, musique… les rencontres de l’Orangerie proposent une trentaine de soirées festives et, toujours, le Grand Bal de clôture. Du 27 juin au 30 septembre.

Le Parc La Grange offre  au Théâtre de l’Orangerie le plus beau des cadres, un environnement majestueux au milieu d’arbres séculaires… Face au lac Léman sur la rive gauche, le Théâtre s’est installé en un décor inimitable et inspirant. L’été, il attire ici une foule d’amateurs de pièces à l’effervescence artistique souvent audacieuse, toujours passionnée et passionnante. Devenu un véritable événement culturel, le Théâtre de l’Orangerie a connu ces six dernières années une évolution bienheureuse augmentant sa notoriété et sa fréquentation grâce à la recherche de fonds et de sponsors bienveillants. Pour la séquence gourmande, devenue bistrot la Terrazza de l’Orangerie où le spectateur se plaît à s’attarder… avant et après spectacle!

Créations et accueils

Découvertes annoncées pour la saison 2017,  pas moins de quatre créations jalonnent cette saison estivale dont une co-production par l’exceptionnel Théâtre Public de Bruxelles, avec Macbeth de Shakespeare, où Valentin Rossier interprétera le rôle titre tout en assurant l’adaptation et la mise en scène. La troupe se retrouvera en tournée avec cette production pour plus de 60 dates déjà confirmées ! Fool of Love de Sam Shepard - le prolifique auteur de la contre culture des années 60’- montée par Pietro Musillo et, Nouvelles Mortuaires, balade autour des textes de Tchekhov présentée par Didier Carrier se succéderont avant qu’Anne Bisang, directrice du Théâtre Populaire Romand,  ne clôture la saison avec sa création Elle est là, de Nathalie Sarraute, chantre exceptionnel du mot et de l’obsession !

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Imaginatifs et multiples, les accueils sont des  retrouvailles aux talents croisés où, ici en l’occurrence, comédiens suisses et belges partagent la scène d’un spectacle créé initialement au Théâtre Public. Cette adaptation rare du film de l’inénarrable Woody Allen Maris et Femmes mis en scène par Michel Kacenelenbogen sera suivie par L’Illuminé de Marc Hollogne, un cinéma-théâtre vu jadis à l’Octogone de Pully. De son côté, s’exprimant par la danse, inspirée par une formule de théâtre-dansé, Perrine Valli présentera Si dans cette chambre un ami attend sur un texte d’Emily Dickinson Lettres au maître, à l’ami, au précepteur, à l’amant, un spectacle prochainement à l’affiche au Brésil. Enfin, pour jeune public,  la pièce  comptant une  tournée à succès  dans les  divers  théâtres  romands  en  2015, l’Orangerie reprend Les Trois petits Cochons de Noëlle Revaz, avec une mise en scène par Georges Grbic.

Evénements culturels et partenariats

Rencontres musicales ou littéraires respectivement avec l’AMR et la Maison Rousseau, l’Orangerie poursuit fidèlement ses partenariats permettant d’offrir aux participants au cours de l’été 2017 pas moins de 15 concerts et des discussions autour des spectacles proposés. Une semaine avant l’ouverture le 27 juin, en préambule à Macbeth, le premier spectacle de la saison, sur la scène du Théâtre AmStramGram, les spectateurs se sont régalés avec une exceptionnelle plaidoirie théâtrale  - Le procès de Lady Macbeth - mettant face à face Me Yaël Hayat et Me Marc Bonnant qui a mis le feu aux poudres entre défenseur et accusateur de l’influente épouse Macbeth ! La rencontre s’est jouée à guichets fermés, uniquement sur réservation. Sur le même registre, toujours inspiré par le personnage sombre de Lady Macbeth, une exposition organisée avec l’artiste Angela Marzullo et le soutien du Centre de la Photographie Genève Femmes de pouvoir, pouvoir des femmes dévoilera une série de profils féminins fictifs ou réels. A visiter tout le long de la saison.

G.A.-D.

Photos courtoisie Théâtre de l‘Orangerie LDD

Théâtre de l’Orangerie

www.theatreorangerie.ch