Festival del Film Locarno

70 ans de succès et beaucoup d’idées

2017 une édition à réflexions

Sa réputation n’est plus à faire, elle brille par le génie des organisateurs et de ceux qui font le cinéma. Et par la passion du public amoureux du 7e Art ! Le Festival a fêté ses 70 ans avec  80 000 personnes sur la Piazza Grande célébrant 11 jours durant les fastes d’un anniversaire bercé de légendes. Connu dans le monde entier, le 2e plus ancien événement consacré au cinéma   - créé peu après Venise et six mois avant Cannes - le Festival del Film Locarno s’annoncerait désormais comme le Locarno Festival. Regards croisés

La ville de Locarno et toute la région ont vibré au rythme du cinéma, au souffle mythique de cette industrie magique qui fait frissonner, pleurer, rire, rêver… Le Festival del Film Locarno a célébré cette emblématique édition 2017 en programmant ces exceptionnelles rétrospectives de films -  cette année avec Jacques Tourneur à l’honneur -  en un cinéma Rex entièrement rénové. Devenu désormais le Grand Rex Auditorium Léopard Club, il est le nouvel outil à la gloire du cinéma avec le Palazzo del Cinema,  une ancienne bâtisse réhabilitée avec trois magnifiques salles de projection et un restaurant…  Quant à l’incomparable Piazza Grande, c’est ici en Première Mondiale que chaque soir devant un parterre de passionnés, les films hors concours ont été présentés.

Changements dans l’air

Les spectateurs ont également eu le privilège de visionner en différentes salles un résumé des 70 ans du Festival retraçant les hautes heures de la manifestation avec des extraits d’éditions passées et bribes de commentaires. Une heure de projection, pur plaisir, une merveille ! Un flashback nostalgique avec un seul regret : ne pas avoir trouvé un enregistrement souvenir à emporter. A cet effet,  plus aigu encore, un autre sentiment de regret titille le public, pourquoi changer le nom de cet événement phare du cinéma, pourquoi occulter le mot film du nouveau nom proposé et, pourquoi en définitive, ce changement tout court ? Ne serait-il pas incompréhensible et contreproductif ? La nouvelle a en tous cas fait le buzz.

En 70 ans, l’évolution semble juste, légitime et souhaitable. Si des nouveautés ont été mises en place, par exemple, des entretiens culturels sur d’autres thèmes que le cinéma - dont on applaudit l’initiative et la diversité - la création d’un espace musical de divertissement n’a pas fait l’unanimité auprès des habitants et visiteurs de la vieille-ville ponctuée d’habitations privées  et d’hôtels… Serait-ce l’effet d’un nouveau sponsor entreprenant et visionnaire ? Celui-là même qui verrait le Festival del Film Locarno transformé en Festival Locarno ? Certes, le sponsor offre à l’organisation un budget conséquent sans lequel le festival ne saurait prétendre à ses dimensions et notoriété actuelles. En revanche, la marque bénéficie d’un écrin unique au monde  et d’une grande visibilité pour sa communication. Loin d’une mainmise, c’est un partenariat gagnant-gagnant!

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Auteurs et producteurs indépendants

Si le Festival del Film Locarno 2017 a débuté dans  la torpeur d’un été caniculaire, quatre jours de pluie et d’orages n’ont pas réussi à décourager les fans de la Piazza Grande et, la soirée de clôture, enfin sous une météo agréable, a permis de vivre ici un exceptionnel dernier rendez-vous. Le film de clôture projeté sur grand écran  Gothard, - One life, One soul - de Kevin Merz a marqué les esprits et déchaîné le public. L’enthousiasme était palpable pour ce groupe de musiciens créé en 1990  ayant vendu plus de 2 millions de disques !

Sous la Présidence d’Olivier Assayas, le Jury a remis le Léopard d’Or - Grand Prix du Festival et de la Cité de Locarno -  à Mrs Fang de Wang Bing un documentaire - une co-production France-Chine-Allemagne - qui a surpris le public. Mais, si on ne peut plaire à tout le monde, il est cependant des choix qui s’imposent, faisant l’unanimité comme le Prix du Public UBS, décerné à un film feel good entre rire et larmes The Big Sick  produit par Judd Apatow sous la direction de Michael Showalter ! Un régal ! On souhaiterait plus souvent trouver l’humour récompensé.

Sur la Piazza Grande, Atomic Blonde avec Charlize Theron a tenu le public en haleine, un James Bond au féminin, bien  interprété, bien filmé et certainement bien inspiré en étant  interdit au moins de 16 ans ! Chien, le film de Samuel Benchetrit, malgré la très belle interprétation du tandem Vincent Macaigne et Vanessa Paradis, n’a pas trouvé son public et a déçu. Déception également du côté des fans de Jean-Luc Godard qui espéraient la venue de l’icône du cinéma lors de la présentation de son film Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma. Une autre étoile suisse, notre grand cinéaste national Jean-Stéphane Bron et son film L’Opéra de Paris ont révélé une inspiration et un travail remarquables…

Présences et émotions

Les personnalités invitées du Festival qui resteront particulièrement en mémoire cette année, seront, entre autres, Adrien Brody. Emu aux larmes en recevant sur la grand’scène le Leopard Club Award, il a dédié son prix à ses parents présents à Locarno les remerciant avec ferveur pour leur soutien tout au long de sa carrière. Moment de grâce également avec la projection le lendemain au Grand Rex du chef d’œuvre de Polanski Le Pianiste, où Adrien Brody a achevé de bouleverser les spectateurs.

Invitée d’honneur, Nastassja Kinski a de son côté charmé Locarno qui lui rendait hommage avec  une revue de ses films dont Cat People le remake d’horreur, un classique de Jacques Tourneur. Dans un registre différent, Fanny Ardant, magistrale dans son dernier film Lola Pater, interprétant le rôle intense d’un homme transformé en femme !  Sur la scène de Piazza Grande, en conférence de presse ou Fotocall, l’actrice s’est révélée sous une toute autre facette drôle et enjouée. Genève la verra bientôt au Théâtre et s’en réjouit d’avance.

Il y a chaque année, une certaine tristesse à quitter le Festival, le site magique de la Piazza Grande surtout, cet écrin magique offrant aux auteurs et producteurs indépendants le tremplin de tous les espoirs. S’il est admis que sentiments de désespoirs et tristesse ne sont pas les seuls apanages du 7e Art, la nouvelle édition à venir avec du grand cinéma d’auteur pourrait-elle intégrer un semblant de légèreté… Il y chaque année une certaine nostalgie à emporter les immuables rêves d’évasion que le festival offre au monde qui en a bien besoin ! Si les tourments artistiques sont admirables, le rire aussi sait devenir sublime. Le public en redemande. 174 000 festivaliers ont participé à l’événement qui a marqué la 70e édition 2017. Le  prochain Festival del Film Locarno se déroulera du 1er au 11 août 2018.

Cliquer sur les photos pour les agrandir

De notre envoyée spéciale à Locarno Erika Wanner et G.A.-D.

www.pardo.ch

Photos ©  Locarno Festival Sailas Vanetti, Marin Mikelin, Samuel Golay, Massimo Pedrazzini, Marco Abram, Gabriele Putzu

Photos courtoisie Moët & Chandon